• C’était en septembre 2008. Il nous restait deux semaines à prendre et on avait des fourmis dans les jambes, mais pas envie de taper dans le dur. Pour une fois, on voulait plutôt du peinard, du bucolique, un vagabondage paisible quoi. Une balade itinérante à 100 ou 120 bornes par jour, qui nous laisse du jus pour le lendemain. Ben ça tombe bien : en tirant des bords au plus près du fleuve par les petites routes peinardes, la Loire du mont Gerbier de Jonc à Saint-Nazaire, ça fait à peu près le compte. Roule ma poule...

    Lire la suite...


    6 commentaires