• - 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…

     Ça faisait un bout de temps qu’on avait pas blogué. Sûrement une histoire de biorythme et d’hiver, saupoudré d’un zeste de flemme... Mais avec le retour de la douceur, on est tout de suite plus motivés pour causer voyages, surtout sur deux roues. Alors si vous manquez d’idées pour aller ruiner une paire de gommards sur des virolets qui vont (vraiment) bien, on a rarement connu aussi jouissif que la Sardaigne. En huit ans, ça n’a pas dû beaucoup changer…

     

    - 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…- 2004, Sardaigne à moto: en v’la des lacets…

     Pratique

    Le plus rapide et au final le plus économique en temps comme en argent, c’est sans aucun doute de descendre jusqu’à Gènes et de prendre un ferry de nuit. On se réveille le matin à pied d’œuvre à Porto Torres.

    Pour le gîte et le couvert, la tente et un bon bleuet restent imbattables même si les prix des campings et des mini-markets sont nettement supérieurs à ceux de l’hexagone.

    Autre option, les agriturismo, équivalents italiens de nos chambres d’hôtes. Beaucoup d’entre-elles proposent un forfait chambre/dîner/petit déj’ très compétitif par rapport à l’hôtellerie classique assez chère là-bas. Et en plus, ils mettent un point d’honneur à gaver leurs hôtes. Petites fourchettes s’abstenir…

    Comme c’était il y a huit ans, les tarifs ont dû bien changer. Le plus simple est de surfer sur le wouaibe.

    Enfin côté moto, les bouclards ne courent pas les villages: mieux vaut emmener de quoi réparer ses tubeless, une ou deux bougies, un jeu de câbles (tirage de gaz et embrayage) et une paire de leviers. Evidemment, on part là-bas avec des plaquettes de frein et des gommes neuves: une fois sur place, on ne leur fait pas de cadeau...

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Labaume
    Jeudi 15 Mars 2012 à 03:47

    Pour les virages, au Pérou, Equateur et Colombie on n'a quasiment pas vu de ligne droite, donc pour votre prochain trip, pensez-y ! Mais nous on n'était pas en moto...

    2
    Roxanne M
    Vendredi 16 Mars 2012 à 18:03

    Encore de belles photos qui font rêver ! De vraies cartes postales !

    Bonne continuation à vous deux, Bisous !

    Votre nièce.

    3
    michele berger
    Lundi 19 Mars 2012 à 08:58

    ca fait vraiment rever !!

     



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :